Argentine: la surprenante offrande de Javier Milei à Emmanuel Macron lors de leur première rencontre

Pascal Durand

Dans le panorama politique international, les gestes symboliques ne passent jamais inaperçus. Un moment de convivialité vient d’attester de la chaleur des relations franco-argentines, avec un cadeau tout particulier adressé au président français, Emmanuel Macron, par le tout récent président élu d’Argentine, Javier Milei. Ce geste sportif, doublé d’un clin d’œil idéologique, s’est rapidement mué en buzz sur le net. Voici le récit de cette rencontre au sommet, entre ballon rond et politique.

Un cadeau symbolique au sourire présidentiel

Javier Milei, élu président de l’Argentine le 19 novembre dernier, n’a pas attendu longtemps pour marquer l’esprit de ses pairs internationaux. Son geste à destination du président Macron, fan reconnu de l’équipe de l’Olympique de Marseille, a pris forme d’un maillot de Boca Juniors, célèbre club de football argentin très cher à Milei.

La réaction de Macron à ce présent n’a pas tardé. Posant avec le maillot jaune et bleu, il a offert un pouce levé en guise d’appréciation, image que Milei s’est empressé de partager sur son compte X, un espace médiatique autrefois connu sous le nom de Twitter. La dédicace du maillot n’est pas passée inaperçue : « Vive la liberté bordel », proclamait-elle. Milei a choisi ses mots, consolidant sa réputation d’homme de chocs verbaux, et a su exprimer sa gratitude à Macron pour ce geste photographique.

A lire aussi :   Insolite : ce village possède autant de borne électrique que d'habitants !

Réactions et remous politiques

Cette image, bien loin des clichés protocolaires, a alimenté les discussions, notamment à gauche du spectre politique français. En effet, Olivier Faure, figure de la gauche, n’a pas manqué de commenter sur son compte X, qualifiant le président Macron d' »agent publicitaire du populiste ultra libéral Milei. »

La toile s’interroge désormais : Macron répliquera-t-il avec un maillot de l’OM adressé à Milei ? L’histoire ne manque pas de piquant, car il y a de cela un an, la finale de la Coupe du Monde, au Qatar, voyait la France et l’Argentine se disputer le titre suprême, qui échut finalement à l’Argentine de Lionel Messi.

Dans ce subtil échange de maillots et de mots, la politique trouve un terrain d’entente inattendu, entre hommages sportifs et messages subliminaux. Reste à savoir quelle répercussion cet échange aura sur les relations entre ces deux nations, à la fois complices et compétitrices sur les terrains du sport et de la politique mondiale.

Laisser un commentaire

8 + 2 =