Comment stopper une hémorragie sans garrot!

Arthur Leandri

Updated on:

Garrot

En matière de premiers secours, chaque seconde compte. Face à une hémorragie, réagir rapidement peut être déterminant. Mais tout le monde n’a pas toujours un garrot à portée de main. Comment alors stopper un saignement sans cet outil ?

Compression manuelle : la première réponse en cas d’hémorragie

Lorsqu’une personne est victime d’une hémorragie, la première étape consiste à exercer une compression manuelle sur la plaie. Il ne s’agit pas de simplement poser la main sur la blessure, mais d’appuyer fermement pour stopper le saignement. Cette méthode, bien que rudimentaire, est souvent efficace pour contrôler les hémorragies mineures à modérées sans garrot.

La compression manuelle nécessite l’utilisation d’un pansement propre, si possible stérile, pour éviter les infections. Si vous n’avez rien sous la main, utilisez la partie la plus propre de votre vêtement. Placez la compresse sur la plaie et appuyez fermement.

Le pansement compressif : efficace et facile à réaliser

Si la compression manuelle n’est pas suffisante pour stopper l’hémorragie, le pansement compressif est l’étape suivante. Il consiste à appliquer une bande de tissu ou de gaze serrée sur la plaie, pour exercer une pression constante.

Pour réaliser un pansement compressif, placez une compresse ou un morceau de tissu propre sur la plaie, puis entourez le membre de bandes pour maintenir la compresse en place et exercer une pression. Assurez-vous que le bandage est assez serré pour contrôler l’hémorragie, mais pas au point de couper la circulation du sang.

La position de la victime : un facteur déterminant

La position de la personne victime d’une hémorragie joue un rôle clé pour stopper le saignement. Dans la mesure du possible, la victime doit être allongée et le membre blessé doit être surélevé par rapport au reste du corps. Cette position permet de réduire le flux de sang vers la plaie et d’aider à contrôler l’hémorragie.

Alerte aux secours : une étape incontournable

Enfin, il est essentiel d’alerter les secours le plus rapidement possible. Que vous ayez réussi ou non à stopper l’hémorragie, la victime doit être prise en charge par des professionnels de santé. Composez le 15 (en France) ou le 112 (dans l’Union Européenne), et décrivez la situation avec le plus de précision possible.

Face à une hémorragie, chaque seconde compte. Si vous n’avez pas de garrot sous la main, ne paniquez pas. La compression manuelle, le pansement compressif et la bonne position de la victime peuvent vous aider à contrôler le saignement en attendant l’arrivée des secours.

Cependant, n’oubliez jamais que ces gestes ne remplacent pas une formation aux premiers secours. Renseignez-vous auprès de la Croix Rouge Française ou d’autres organismes pour suivre une formation. Cela pourrait vous permettre de sauver des vies.

Laisser un commentaire

− 1 = 8