Est-il possible de gagner trop et s’ennuyer ? La corrélation surprenante salaire/ennui

Arthur Leandri

Ennuie

Une nouvelle étude américaine, reprise par le célèbre Business Insider, apporte un éclairage surprenant sur le lien entre le montant du salaire et le niveau d’ennui au travail. Les résultats pourraient bien contredire certaines idées préconçues et influencer nos choix de carrière.

Salaire élevé, bonheur en baisse ?

La recherche menée aux États-Unis révèle que les travailleurs avec un salaire annuel compris entre 100.000 et 150.000 dollars sont plus enclins à qualifier leur poste de monotone. Avec 5% des concernés exprimant ce sentiment, cette tranche de salaire démontre qu’un meilleur compte en banque n’est pas synonyme de contentement professionnel.

Il s’avère que pour ceux gagnant entre 55.000 et 64.999 dollars par an, le pourcentage tombe à 3,7%. Plus surprenant encore, seulement 1,1% des personnes touchant entre 25.000 et 55.000 dollars partagent ce sentiment d’ennui.

A lire aussi :   Ouvrir vos fenêtres à Noël? Voici pourquoi vous devez absolument le faire !

Des disparités sectorielles significatives

Les secteurs d’activité influent également sur le ressenti des employés. Selon l’étude, les domaines des transports, de la fabrication et de la vente seraient plus propices à l’ennui. En contraste, les professionnels de l’éducation, de la construction et des soins de santé se déclarent plus stimulés par leur travail.

La pandémie de COVID-19 et ses conséquences ont également joué un rôle dans cette perception, mettant en lumière le personnel soignant. Mais c’est dans les secteurs de l’informatique et de la technologie que les employés semblent les plus épanouis et passionnés par leur métier.

Des leçons pour une carrière épanouie

Ces résultats invitent à considérer le bonheur au travail comme un élément multidimensionnel, loin d’être uniquement tributaire de la rémunération. L’équilibre entre une bonne rétribution et un travail enrichissant est délicat à atteindre et dépend de nombreux facteurs, dont la nature du secteur professionnel. Il devient alors essentiel de s’interroger sur ce qui constitue réellement le bonheur au travail pour chacun.

Laisser un commentaire

97 − 89 =