Il arnaque Netflix de 60 millions de dollars et s’achète des Rolls Royces

Pascal Durand

arnaqueur de netflix

Alors, mes chers lecteurs, asseyez-vous confortablement avec votre café, car l’histoire d’aujourd’hui est digne d’un scénario hollywoodien ! Netflix, ce géant du streaming que nous adorons tous (avouez-le, vous aussi !), a décidé de jouer gros. Comment ? En confiant plus de 60 millions de dollars à Carl Erik Rinsch, le réalisateur de « 47 Ronin » (oui, ce film qui a coûté une fortune mais n’a pas vraiment cassé trois pattes à un canard).

Un projet de série Sci-Fi qui vire au Sci-Fiasco

Rinsch, avec son idée de série de science-fiction, a failli faire les yeux doux à Amazon, mais Netflix, avec ses charmes et son chéquier, a remporté la mise. Cindy Holland, la vice-présidente de Netflix, a dû penser qu’elle tenait le nouveau Spielberg. Mais oh la la, quelle erreur !

Des Rolls-Royce au lieu de caméras

Imaginez un peu : au lieu de créer la prochaine série phénomène, notre cher réalisateur s’est lancé dans une frénésie d’achats. Cinq Rolls-Royce, une Ferrari… On dirait le garage de James Bond, mais sans le permis de tuer (sauf peut-être celui de tuer le budget de Netflix). Et ce n’est pas tout : il a joué les apprentis sorciers en bourse et avec les crypto-monnaies. Résultat ? Un mélange de gains et de pertes, mais surtout, une série qui n’a jamais vu le jour.

A lire aussi :   Bodies : la fin expliquée

Netflix, le coeur brisé et le portefeuille allégé

Netflix, se rendant compte que son beau projet n’était qu’un mirage, a dû se résoudre à l’abandonner. Et maintenant, Rinsch est en pleine bataille judiciaire, réclamant même des dommages et intérêts. On croirait presque à une nouvelle série Netflix sur les déboires d’Hollywood !

Laisser un commentaire

53 − 52 =