Télé-réalité « Squid Game » : Le réalisateur face à un problème technique pour simuler la mort !

Pascal Durand

Squid game telerealite

Amis du suspense et de l’adrénaline, vous ne rêvez pas : « Squid Game », ce phénomène planétaire qui a scotché des millions de spectateurs à leurs écrans, s’apprête à débarquer dans nos salons, mais sous une forme pour le moins… surprenante !

Une adaptation télévisée sans précédent

Stephen Lambert, le maître d’œuvre de cette transformation audacieuse, a partagé avec le Guardian un casse-tête de taille : comment transposer à l’écran la mort fictive des participants sans frôler le mauvais goût ? Cela a été, selon ses mots, un « gros problème ». Mais que les âmes sensibles se rassurent, l’équipe créative a trouvé la parade : pas de sang à l’horizon, mais des pétards et des liquides noirs pour simuler des fins de parcours explosives.

Un enjeu qui pèse des millions

Et ce n’est pas tout ! Pour pimenter le jeu, Netflix met sur la table un pactole de 4,56 millions de dollars, de quoi faire tourner la tête des 456 courageux candidats – un montant jamais vu dans l’histoire de la télé-réalité. Comme l’explique Lambert, le but est de créer une dynamique où chaque élimination est ressentie comme la perte d’un rêve, influençant stratégies et alliances.

À la conquête de l’Amérique… et au-delà

Avec une audience déjà conquise par la série, Netflix vise un coup de maître en attirant en majorité des participants nord-américains, visant à faire exploser les compteurs de streaming. Entre nous, qui pourrait résister à l’appel de cette aventure à couper le souffle, mêlant danger (feint), stratégie et, peut-être, la chance de repartir avec une fortune ?

Stephen Lambert l’assure, ce « Squid Game » grandeur nature promet de nous tenir en haleine, épisode après épisode. Alors, préparez-vous à parier sur votre favori et à vivre des émotions… comme si vous y étiez !

Laisser un commentaire

3 + 4 =