Comment éviter le mal des montagnes: guide en 8 étapes faciles !

Pascal Durand

montagne

Tout randonneur, alpiniste ou voyageur qui a déjà foulé les sentiers escarpés des montagnes a entendu parler du mal aigu des montagnes (MAM). Ce trouble, lié à l’altitude et à la baisse de la pression d’oxygène, peut transformer une belle aventure en une expérience douloureuse. Alors, comment éviter le mal des montagnes? Voici huit conseils tout simples pour que votre prochaine ascension ne soit pas gâchée par des maux inutiles.

1. Comprendre le mal des montagnes

Avant de pouvoir éviter le mal des montagnes, il faut comprendre ce qu’il est et comment il fonctionne. Le mal des montagnes est une réaction du corps à un manque d’oxygène à haute altitude. Il peut se manifester par des maux de tête, des nausées, du vertige et de la fatigue, et dans les cas plus graves, par un œdème pulmonaire ou cérébral. L’acclimatation est un processus par lequel votre corps s’habitue à travailler avec moins d’oxygène, et c’est l’une des clés pour éviter le MAM.

A lire aussi :   Les choses a ne pas faire quand on voyage en thaïlande

2. Planifier son ascension

La prévention du mal des montagnes commence avant même de chausser ses bottes de randonnée. Il convient de planifier soigneusement son ascension, en tenant compte des changements d’altitude et en prévoyant des temps de repos. La règle générale est de ne pas augmenter son altitude de plus de 500 mètres par jour, et de prendre une journée de repos toutes les 1000 mètres.

3. Hydrater son corps

L’hydratation est une autre mesure préventive. Il est recommandé de boire beaucoup d’eau, au moins 3 litres par jour, pour aider le corps à s’adapter à la baisse d’oxygène. Évitez l’alcool et les boissons caféinées, qui peuvent vous déshydrater et rendre l’acclimatation plus difficile.

4. Bien se nourrir

L’alimentation est également un facteur dans la prévention du MAM. Il faut consommer des aliments riches en glucides (65% de votre apport calorique total) pour fournir à votre corps l’énergie nécessaire pour travailler avec moins d’oxygène.

5. Écouter son corps

L’une des erreurs les plus courantes est d’ignorer les symptômes du mal des montagnes. Si vous commencez à vous sentir mal, le meilleur conseil est de descendre à une altitude inférieure aussi rapidement que possible. Les médicaments peuvent aider à soulager les symptômes, mais ils ne traitent pas la cause du problème.

A lire aussi :   Les Ping pong show en Thaïlande : des shows controversés

6. S’acclimater progressivement

L’acclimatation est un processus qui prend du temps. Si vous voyagez dans un pays de haute altitude comme le Pérou, par exemple, essayez de passer quelques jours à une altitude moyenne avant de monter plus haut. Cette stratégie donne à votre corps le temps de s’habituer à travailler avec moins d’oxygène.

N’oubliez pas que chaque personne réagit différemment à l’altitude et que même les athlètes les plus entraînés peuvent souffrir du mal des montagnes. En suivant ces conseils et en écoutant votre corps, vous pouvez profiter pleinement de votre voyage en montagne sans être affecté par le MAM.

7. Préparer son corps en améliorant sa condition physique

Bien sûr, la condition physique joue un rôle crucial dans la prévention du mal des montagnes. Un corps bien préparé sera plus à même de gérer l’effort nécessaire pour faire face à l’altitude. Ainsi, avant de vous aventurer sur les pentes du Mont Blanc ou dans les Andes, il vous faudra suivre un entraînement physique adapté, notamment en incluant des exercices cardiovasculaires pour améliorer votre rythme cardiaque et votre endurance.

A lire aussi :   Les choses a ne pas faire quand on voyage en thaïlande

Il est bénéfique aussi de pratiquer des randonnées en altitude avant le voyage. Cette pratique permet à votre organisme de s’habituer progressivement à l’altitude et à ses effets. De plus, elle stimule la production de globules rouges, éléments indispensables au transport de l’oxygène dans le sang.

N’oubliez pas que même avec une bonne condition physique, l’acclimatation reste essentielle. Votre corps doit prendre le temps de s’adapter à l’altitude et de gérer la baisse de la pression de l’oxygène. Ne négligez pas cette étape, même si vous vous sentez en forme et prêt à conquérir les cimes.

8. Souscrire une assurance voyage

Enfin, il est essentiel de souscrire une assurance voyage, surtout si votre destination est une zone de haute altitude comme le Pérou. Cela peut vous couvrir en cas de problèmes de santé liés à l’altitude, comme un œdème pulmonaire ou cérébral.

Aussi, certains symptômes liés à l’altitude, tels que le mal de tête, la nausée, la fatigue ou le vertige, peuvent nécessiter une consultation médicale ou même une évacuation d’urgence. Une assurance voyage vous offrira une tranquillité d’esprit, vous permettant de profiter pleinement de votre aventure en montagne.

Il est également recommandé de vérifier les spécificités de votre assurance. Certaines polices peuvent ne pas couvrir tous les frais médicaux liés aux problèmes d’altitude. Assurez-vous de bien comprendre les conditions de votre contrat avant de partir.

Laisser un commentaire

26 − = 18